Qui es-tu ?

Séverine, originaire du Morbihan, à Rennes depuis 2000.

J’ai fait du handball en association pendant longtemps, j’ai dû m’arrêter à cause d’une blessure. Aujourd’hui je pratique la course à pied, toujours accompagnée !

Depuis combien de temps es-tu à l'Aro ?

"Enfant de l’Aro", mon père était directeur de séjour et administrateur. J’ai participé aux colos, à 17 ans avec mon BAFA.  À 23 ans j’obtiens mon BAFD. J’ai toujours travaillé à l’Aro. Mais quand on aime ce qu’on fait, c’est naturel. Je ne me suis pas posée de questions sur une autre voie professionnelle.

 

 

 

Sur quoi interviens-tu ?

Sur le secteur vacances : coordination des vacances, recrutement et suivi des directeurs, que je connais bien puisque j’ai moi-même été directrice de séjours.

Et également sur la vie scolaire lorsque mes collègues sont très sollicités pour des formations, je les épaule. Je suis entrée à l’Aro par ce secteur-là.

Portrait chinois

ANIMAL : Le chien, pour le côté fidèle et qui aime le relationnel             . J’aime retrouver ces caractéristiques chez les gens qui m’entourent mais aussi chez moi-même : être fidèle à des valeurs.

SAISON : J’hésite beaucoup parce que je retrouve des points positifs pour chaque saison. J’élimine déjà l’automne, car c’est la transition vers le froid.

Je pencherais pour l’été. C’est le soleil, les beaux jours, les vacances, les enfants qui s’amusent en séjours.

CREATURE : Par élimination : Le dragon est trop péjoratif, la licorne est trop « paillettes », le loup-garou a un côté « double maléfique » qui fait peur…Alors le vampire qui vit la nuit, et je suis une couche tard !

DESSERT : J’aime bien les yaourts à la cerise – haha – plutôt laitage, type yaourts. Mais bon… S’il y avait du chocolat ou des bonbons, je n’aurai pas hésité.

Meilleur souvenir de l’aro

De belles rencontres. Mon meilleur souvenir attraie beaucoup à ma vie personnelle, puisque grâce à l’Aro, j’ai rencontré mon compagnon…mais chut, je n’en dirai pas plus !

Aroéven, c’est…

Un équilibre personnel et professionnel. Personnel car l’Aro, c’est de l’humain : on apporte à l’asso autant qu’elle nous apporte. Il y a un respect de la vie privée de chacun, tout en communiant autour d’un café entre collègues. Un équilibre professionnel, pour la diversité de nos actions, dans lesquelles je me retrouve