Qui es-tu ?

Je m’appelle Geoffrey. Dans la vie, j’aime bien le contact avec la nature : j’aime faire du VTT, de l’escalade, me balader, observer les oiseaux. Je suis assez curieux, je vais voir des spectacles de danse, du théâtre, au Triangle ou à l’Intervalle de Noyal-sur-Vilaine (les deux centres ont d’ailleurs une superbe programmation avec de belles réalisations), j’assiste à des concerts à l’UBU, à l’Antipode..

Depuis combien de temps à l’Aro ?                            

Je suis arrivé à l’Aroéven en 2010 comme directeur de séjour dans le cadre de mon BAFD. J’ai effectué plusieurs séjours avec l’Aroéven. Puis en 2011, ma collègue en charge des vacances est partie en congé maternité. On m’a alors demandé de la remplacer pour 6 mois sur le secteur vacances. On m’a ensuite proposer une création de poste portant sur le développement d’actions autour de trois thématiques : l’éducation à l’environnement, les projets européens et la solidarité internationale. J’ai aussi participé aux actions dans les différents secteurs de l’Aroéven (BAFA, formations en milieux scolaires, etc…), l’environnement associatif nous demandant d’être polyvalent et selon mes envies aussi.

 

Sur quoi interviens-tu ?

Aujourd’hui, je suis toujours coordonnateur des projets européens, et je m’occupe également des BAFA et directeur de l’Aroéven Bretagne depuis mars 2017. Avant cela, j’ai eu la chance de mettre sur pieds avec des lycéens bénévoles et un militant de l’Aroéven un projet qui me tenait à cœur : Chemins de partages, regards croisés, au Burkina Faso. Je continue d’organiser des stages BAFA, des formations de formateurices, j’interviens également en vie scolaire : formations de délégué.e.s, du CVL/MDL, et aussi auprès des jeunes engagés en service civique.

Portrait chinois

Animal

Spontanément je dirai l’oiseau. Il représente une liberté de déplacement, de mouvement, et je suis aussi ornithologue amateur. Les oiseaux ont un côté magique, le fait même de voler fait rêver. J’ai d’ailleurs une tasse avec plusieurs oiseaux dessus au bureau, offerte par un ancien collègue, Alexis.

Saison

Le printemps : le renouveau, les arbres qui retrouvent leurs feuilles, leur sève, l’activité des animaux qui reprend, même chez nous. Il y a plus de luminosité aussi.

Créature

Le loup-garou pour le côté « bête nocturne », qui aime sortir la nuit et qui a plusieurs facettes. Je crois qu’on a tous différentes personnalités réunies en une personne. Au premier abord, on voit le loup et ça fait peur, il faut creuser pour comprendre l’être humain. J’ai aussi un penchant pour le dragon, parce que ça vole et que ça crache du feu, et ça, c’est plutôt cool.

Dessert

Je suis frugivore à bloc. Ça change en fonction des saisons, avec une grande diversité.

Meilleur souvenir de l’aro

Le voyage au Burkina Faso avec les jeunes, ça me fait d’ailleurs les frissons en l’évoquant. C’est un projet mené pendant 2 ans, beaucoup d’engagement de la part des jeunes et de moi-même. On a eu des galères de budget, d’organisation… C’est le jeu de grand projet comme ça. Et le voyage avec les jeunes volontaires a marqué l’aboutissement de ce projet. Quelques-uns étaient éloignés de la mobilité interculturelle avant tout cela, et la rencontre au Burkina Faso les a fait évoluer, autant pour les français.e.s que pour les burkinabé.

Aroéven, c’est…

On a une intelligence collective qui permet de faire vivre nos valeurs. Les gens à l’Aro Bretagne sont respectueux, ont beaucoup d’empathie et ont à cœur de faire évoluer l’association mais aussi les personnes qui s’engagent.