Présentation

Avec une superficie de 274 000 km2, le Burkina Faso est un pays sahélien. Il est situé en Afrique de l’Ouest. Il est limité au Nord par le Mali, à l’Est par le Niger, au Sud par la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo et le Bénin.

Ses habitants sont les Burkinabés. La capitale est Ouagadougou, située au centre du pays.

Le pays est découpé en 11 ethnies parlant des langues différentes. Une soixantaine de langues coexistent sur le territoire. Le français est la langue officielle du pays mais seulement 20% de la population le parle. Le Mooré, le Dioula et le Fulfudé sont les trois langues les plus parlées.

Le pays compte environ 18 millions d’habitants.

Environ 80% de la population est rurale, ce qui encourage d’autant plus le monolinguisme, en raison d’un faible mouvement des populations.

C'est l'un des 10 pays les moins développés du monde (avec un indice de développement humain de 0,388 en 2014).

L’éducation au Burkina Faso

Au Burkina Faso, la participation à l’école primaire varie de 82.4% pour les garçons à 76.4% pour les filles ; le taux net moyen de participation ne dépasse pas les 65% et la fréquentation n’atteint que 50%.

Pour le secondaire, les chiffres de participation n’atteignent pas les 30%. (entre 15 et 20% de participation).

Seulement 28% des adultes sont alphabétisés au Burkina Faso.

Source UNICEF (données 2008-2012)

De plus, selon certains rapports, 175 000 enfants entre 6 et 17 ans travailleraient et vivraient séparés de leur famille (ce qui expliquerait le faible taux de scolarisation).

Par ailleurs, essentiellement dans les zones rurales, moins de la moitié des enfants est enregistrée, à leur naissance, auprès de l'état civil. Ce droit à l'identité conditionne souvent le droit à l'éducation.

« Dans un pays où 80% de la population vit en milieu rural, avec une majorité analphabète, les grands enjeux du pays des hommes intègres sont aujourd'hui de donner accès à l’éducation à ces populations éloignées des centres économiques, dans un développement qui se veut durable, de bâtir une solidarité et une citoyenneté consciente et responsable.

La question de l’emploi des jeunes demeurent une priorité nationale, avec 64% de la population active burkinabè qui est jeune (15 à 35 ans). 65,4% des chômeurs au Burkina Faso ont moins de 24 ans.

L’indice d’inégalité de genre qui reflète les désavantages des femmes sur trois dimensions : santé de la reproduction,  habilitation, et activité économique, est de 0.62 » (0 reflétant des inégalités faibles et 1 élevées)

Source PNUD 2013


La situation à Guitanga

Au coeur de Guitanga (village de 755 habitants situé à l’est de Ouagadougou), les jeunes évoluent dans un cercle de pauvreté accrue, de grossesses non désirées et sont exposés aux VIH/SIDA.
70% des jeunes de la région n’accèdent pas au collège faute de moyens et seulement 3 jeunes femmes sur 10 savent lire et écrire au village.

La majorité d'entre eux rêvent d’un ailleurs meilleur !
Cette illusion vide le village et la région de ses jeunes qui partent en Europe (Italie et Belgique surtout),  en Côte d’Ivoire, au Gabon et en Guinée Equatoriale avec les fortunes que nous connaissons tous.

Le village se retrouve peu à peu vider de sa jeunesse (porteuse de dynamisme) et la vie économique et sociale sur place s'en trouve amoindrie.
Les jeunes manquent de repères, de soutiens, de structures pour continuer leur apprentissage, s'exprimer, échanger et accéder à des ressources éducatives qu'ils n'ont pu saisir auparavant.